Masdar City, l'eco-ville du future

George Gough
mardi 12 novembre 2013, Temps de lecture 1min

Masdar est une ville future en construction aux Emirats arables unis. Démarrée en 2008, l'écoville de l’Emirat d’Abou Dabi devrait voir le jour en 2020 et devrait accueillir plus de 50 000 habitants.

©MasdarInstitute

Masdar est un nom arable signifiant source. Désignée par un cabinet britannique d’architecture, Masdar est une ville qui se veut un modèle du monde écologique. Se sera la première ville au monde à être construite pour une vie sans carbone et sans déchets. Des ilots urbains seront les futures quartiers de la ville, se voulant aux hautes qualités environnementales et énergétiques. La ville se veut devenir une ville à énergie positive, c’est à dire produire plus d'énergies qu’il n’en consomme, c’est pourquoi elle sera tout de même connectée au réseau électrique national. L'économie circulaire sera poussée à tous les niveaux.


La ville s’organisera autour de diverses entités:

Masdar City: la mairie
Masdar Power: l’entité en charge de faire fonctionner les systèmes de production d'électricité renouvelables grâce au photovoltaïque ou au solaire thermique. L'énergie éolienne marine et terrestre seront aussi utilisées.
Masdar Carbon: l’entité chargée des mécanismes de développement propre avec comme objectif la réduction de torchage de gaz (pertes et fuites) et favoriser les dispositifs de co-génération.
Masdar Capital: Le pole financier du projet se sépare en deux fonds: l’un fermé, l’autre ouvert aux partenaires internationaux (Credit Suisse, Japan Bank...). ll rassemble capitaux et participations concernant les technologiques urbaines énergétiques et écologiques du future ( gestion eco de l’eau, dessalinisation, gestion des déchets...)
Masdar Institute: le centre de recherche ciblant ingénierie et systèmes complexes.

©Dreamwisemarketing
D’un point de vue développement durable, la ville est construite de manière compacte, avec des rues étroites et orientées dans le sens du vent dominant. Les transports urbains se veulent propres sur et sobres et à hautes performances énergétiques. Les moyens de transports comme le vélo ou la marche, le tramway seront privilégiés. Pour le recyclage des eaux usées, l'irrigation sera utilisée et sera destinée aux cultures liées à l'alimentation et production de biocarburants.


A l’instar des grandes puissances pétrolière, Abou Dabi essaye de limiter sa dépendance au gaz et pétrole car leur réserves seront épuisées d’ici 150 ans.

Articles similaires