Des maisons flottantes qui résistent aux inondations

Enora
Enora Regnier
mercredi 04 novembre 2015, Temps de lecture 2min

La saison automnale ramène avec elle les risques d’inondations, particulièrement pour les habitations situées en bord de mer ou de fleuve. Mais imaginez seulement qu’au lieu de se remplir d’eau, une maison normalement inondée se mette à… flotter. C’est ce qu’on appelle une maison amphibie, et ce type d'habitation se construit un peu partout dans le Monde. Au Royaume-Uni, le studio d’architecture Baca est justement en train de peaufiner son modèle de maison amphibie au bord de la Tamise, à Londres.

L'attrayante maison en bois Baca est guidée par des poteaux d’acier et est posée dans un bac, entourée d’un jardin. En cas de débordement du fleuve, le bac situé sous la maison se remplit et soulève la maison jusqu’à une hauteur de 2,7 mètres. Aucun risque de voir la maison dériver pour autant, puisqu’elle reste maintenue par les poteaux d’acier. Quant aux gaines électriques et raccordements d'eau, ils suivront tout simplement la montée de la maison.

Le système n’est pas des plus récents, mais il séduit de plus en plus. Les premières maisons flottantes ont en effet vu le jour aux Pays-Bas en 2005. Le pays possède un quart de la surface de son territoire sous le niveau des mers, et de très nombreux canaux et rivières, ce qui rend les risques d’inondations très importants. Un peu partout se construisent donc des maisons amphibies, ou maison flottantes, dont les systèmes varient (pilotis, sur bac, etc.) mais le principe reste le même : en cas d’inondation, la maison se soulève, tout simplement.

Ce type d’habitation se développe dans les pays riches comme dans les pays en développement. Aux Etats-Unis par exemple, à la Nouvelle-Orléans, qui a terriblement souffert de l’ouragan Katrina en 2005, les maisons flottantes sont devenues monnaie courante. Mais on les retrouve également dans des pays beaucoup plus pauvres, comme le Bangladesh. A Daca, la « lift house » construite par l’architecte Prithula Prosun n’a coûtée que 5000 dollars à construire: bouteilles en plastique, bambou et ferrociment, le modèle a été pensé à destination des foyers plus modestes.

Le développement récent de ce type d’habitations et la 1ère conférence internationale sur l’architecture amphibie qui s’est tenue à Bangkok en Août 2015 laisse place à la question : les maisons amphibies seront-elles les maisons du futur ? Affaire à suivre.

Credit Photo: baca Architects UK